Nous prions les uns pour les autres

Cette rubrique mensuelle de ‘Marie, Médiatrice et Reine’, dont le but est le soutien mutuel dans la prière, vise à se sentir unis en tant que membres de ‘Marie, Médiatrice et Reine’. Au début de chaque mois, après l’apparition de la revue, cette page est renouvelée.

NE CHERCHONS PAS LE VIVANT PARMI LES MORTS 

La joie pascale est une joie profonde et vraie. Une joie fondée sur la certitude que, désormais, le Christ ressuscité ne peut plus connaître la mort, qu’il est vivant et qu’il nous entraîne avec lui vers la vraie vie, lui qui est pour nous le Chemin, la Vérité et la Vie. Cette certitude habite le cœur des croyants depuis le matin de Pâques où les femmes allèrent au tombeau de Jésus et où les anges leur dirent : « Pourquoi cherchez-vous le vivant parmi les morts ? » (Lc 24, 5). 

N’ayant pas trouvé ce qu’elles étaient venues chercher au tombeau, les dames étaient invitées par les anges à réactiver en elles la mémoire de ce que Jésus avait dit, à laisser vivre en elles le potentiel de vie qu’il y a en ce Jésus qu’elles avaient suivi. Nous aussi, nous sommes appelés à nous souvenir du regard nouveau que la présence du Christ donne sur le monde, sur la vie, sur les autres et sur nous-même. Lorsque nous nous laissons séduire par les pouvoirs terrestres et par les choses de ce monde, en oubliant Dieu et notre prochain ; lorsque nous plaçons notre espérance dans des vanités mondaines, nous cherchons le vivant parmi les morts.  

Le Ressuscité est vivant parmi nous, il est présent à chacun de nos carrefours de vie et nous avons besoins de lui pour nous appeler à sortir de nos chemins funèbres. Nous avons besoins de son souffle de vie pour raviver en nous le souvenir de ses paroles qui libèrent. Laissons nous transformer et orienter par le Vivant, donnons-lui une place centrale dans notre vie. Malheureusement il n’est pas toujours évident d’accepter la vie du Ressuscité et sa présence parmi nous.  

C’est le cas des disciples d’Emmaüs : déprimés et animés par un sentiment d’échec, ils rencontrent Jésus en se laissant accompagner par ce mystérieux pèlerin. Ils cherchaient le vivant parmi les morts et c’est le Seigneur lui-même qui a retouché leur chemin.  

Et nous, combien de fois cherchons-nous la vie parmi les choses mortes, parmi les choses qui ne peuvent pas donner la vie, parmi les choses qui sont aujourd’hui et qui demain ne seront plus, les choses éphémères ? Quel chemin empruntons-nous pour rencontrer le Christ vivant ? Saint Louis-Marie Grignion de Montfort nous propose un chemin sûr quand il chante : « Pour aller à Jésus, allons chrétiens, allons par Marie, pour aller à Jésus, c’est le divin secret des élus. » 

Marie a suivi son Fils, le Vivant jusqu’au pied de la croix. Elle a affermis les disciples dans leur foi alors qu’ils prenaient déjà différentes directions pendant la passion, la mort et même après la résurrection de Jésus. Tournons-nous vers Marie, la première en chemin, elle nous aidera à marcher à la rencontre du Vivant, à trouver son fils. N’oublions pas de prier les uns pour les autres. 

Avec Marie, il n’y a pas de situation désespérée. Quand rien ne marche, tournons-nous vers elle, car elle nous relève toujours pour reprendre notre route à la suite du Christ. Sûre de son soutien maternel, prions quotidiennement les uns pour les autres et le malin n’aura jamais le dernier mot sur nous.

Père Ghislain Kasereka, s.m.m.